lundi 30 juin 2014

Récap' Juin 2014...



Le mois de Juin s'achève, Juillet arrive et le semi de Marvejols-Mende se profile à l'horizon...et le plaisir de courir est toujours intacte ...

vendredi 27 juin 2014

Semaine 26...

Il fait chaud, il fait lourd, il fait moite, il fait soif, ça va être comme ça jusqu'à Noel ou presque et c'est dur pour moi de m’entraîner de ce temps là,   voilà c'est dit ...Je garde cependant et pour le moment le rythme de 4 sorties par semaines ce qui me permet de raccourcir un peu chaque sortie (un mal nécessaire avec cette chaleur) tout en conservant un kilométrage hebdomadaire qui me semble adéquat à la préparation de mes 2 prochains objectifs...

Lundi 23 juin: Argeliers-Montouliers-Argeliers sous un temps grisou, une fraîcheur très relative et une petite bruine de rien du tout: 11.90km en 1h 20' 29"



Mardi 24 Juin:  Séance de côte: passage par le village pour l'échauffement,  la côte des chevaux x5, retour par le village soit au total 6.98km en 48'54"


Jeudi 26 Juin: La cöte de Montplo; 9.71km en 1h09'21" D+186m, et des sensations excellentes...je commence à me faire à l'entrainement  par temps chaud et je me sens de mieux en mieux dans mes Bondi...



Vendredi 27 Juin: Partie pour faire ma sortie longue habituelle je me vois contrainte de changer mes plans en cours de route à cause de la chaleur; ça donne donc pour aujourd'hui : la côte des chevaux par chez Monique puis direction les berges du canal du midi pour un aller-retour jusqu'à la croisade soit 14,30km en 1h43'23"

jeudi 26 juin 2014

Courir ou dormir, il faut parfois choisir....j'ai choisi de courir...

Aujourd'hui je suis très heureuse parce que après presque deux mois à courir plutôt péniblement je retrouve enfin les sensations agréables XXL auxquelles je me suis habituée au fil de mes sorties...

J'ai digéré le semi de Nimes, je me suis remise du fiasco de Sète, je me suis habituée aux entraînements par temps très chaud, je me suis finalement bien adaptée à mes Bondi3 et j'arrive enfin à repartir bon pied bon œil,le matin à l'aube, sans être obligée de me faire violence avant....

Je me dis qu'au final si j'ai réussi à passer le cap de ces 2 mois de run parcourus un peu à l'arrache mais sans jamais annuler une seule sortie c'est que je devrais pouvoir courir encore un long moment....Sûr que si je m'étais écoutée dans les moments difficiles j'en serais peut être au point mort avec l'impossibilité de continuer mes entraînements...

Voilà où j'en suis aujourd'hui...

Tu trouveras quelques uns de mes petits secrets pour survivre aux petits coups de moins bien dans mon dernier billet publié chez RunHappy ...il y en aura d'autres...







mardi 24 juin 2014

Spéciale dédicace à mon doc...

Je suis bien contente aujourd'hui de pouvoir, par le biais de ce billet virtuel, répondre à tous les rabats-joies de la planète qui pensent qu'être un poids plume végétalien et sportif; c'est mal....

En effet je viens de recevoir les résultats de ma prise de sang annuelle : 

Pas de diabète, pas de Cholestérol, une fonction rénale tip-top, une T.S.H qui se porte à merveille (malgré des antécédents de Basedow) Il me faut juste continuer à me suppléer en fer, comme presque toutes les femmes de moins de 50 ans, qu'elle soient sportives ou non, qu'elles mangent de la viande ou non...

Bref, j'ai beau ne pas être dans les normes de la ménagère de moins de 50 ans en ce qui concerne mon enveloppe corporelle, mon alimentation, ma pratique sportive et mon caractère libre et indompté,  il n'en est pas moins vrai que mes résultats d'analyses sanguines sont tout à fait dans les normes...ce qui,  je te l'accorde,  est tout à fait, et paradoxalement, hors norme surtout si on les compare aux résultats (d'analyses) "normaux" de la ménagère de plus ou moins 50 ans qui passe nécessairement plus de temps à épousseter ses meubles et à verser du gin dans les verres de son chéri qu'à s’entraîner pour une compétition de running avant d'aller laver sa salade dans laquelle elle aurait pu ajouter des petites graines oléagineuses pour éviter de voir à l'issue de ses examens de sang, un peu trop de ceci ou un peu trop de cela*...rebref...

Et pour en revenir à mon doc, puisque ce billet lui est dédié, je vous souhaite à tous d'en trouver un comme lui,  la preuve: un petit mail rapide de ma part  pour être sûr que tout va bien et roule ma poule, en deux temps trois mouvement la réponse tombe: "tout va bien,  pas la peine d'encombrer mon cabinet"**

Bref, bref, bref, je suis une runneuse de 49 ans, je pèse 44kg toute mouillée dans mes jours fastes, je suis végétalienne depuis longtemps maintenant,  je cours  en moyenne 170km par mois et je me porte comme un charme...

Qui dit mieux???

*la phrase est trop longue? , que veux tu, j'aurais aimé partir "à la recherche" , ça n'a pas été le cas, je me console comme je peux...

**en vrai il n'a pas écrit ça mon doc, ok? il a formulé sa phrase de manière un peu plus... tu vois ce que je veux dire? bien...



lundi 23 juin 2014

Bondi 3...droite dans mes running...

Après un premier  temps d'adaptation  relativement difficile, je commence doucement à apprivoiser mes Bondi 3....Je ne suis pas encore tout à fait au point avec ces chaussures qui me donnent du fil à retordre (vaut mieux ça que la cheville tu me diras) mais ça vient...

Tout d'abord j'ai coupé les lacets quick-fit, le serrage  du système ne me convenant pas j'ai opté pour la paire de lacets standards de remplacement, fournit en supplément; ça va mieux niveau serrage néanmoins je les trouve trop longs, je les range donc à l'endroit prévu pour les lacets quick-fit, bon!...

Sur une sortie  de 13km,  en ce troisième jour d'été sudiste, mes pieds n'ont pas chauffé du tout et j'ai terminé ma course dans de bonnes conditions, sans souffrir au passage de certains endroits difficiles à franchir pour moi, notamment un virage en épingle à cheveux sur une portion de route mal entretenue, avec un trottoir à descendre qui plus est, passage habituellement traumatisant  pour ma cheville gauche si délicate, pour rester polie, surtout en fin de run....

Ceci dit il m'a fallu faire aujourd'hui une petite gymnastique mentale pour adapter ma foulée à cette chaussure puisque chaque fois que je la portais ma fasciite plataire se réveillait ainsi que les douleur de ma cheville gauche,  par ricochet...

J'ai donc cogité, tout en courant et je me suis aperçu que je talonnais de nouveau avec ce modèle, probablement parceque le Rockering (ok, je te l'accorde "Rockering" c'est très bof comme nom de concept, bref ) de ce modèle est moindre que celui de la Kailua, donc je suis moins "propulsée" vers l'avant, donc je talonne, donc ma fasciite plantaire n'aime pas, ma cheville non plus, CQFD...tout ça n'a rien de scientifique bien entendu et toutes ces remarques sont propres à mon cas personnel, n'empêche j'ai donc cogité et profité d'un léger ralentissement en  côte pour modifier ma foulée et j'ai rééquilibré le poids de mon corps plus en avant, au moment de l'impact au sol,  histoire que mon pieds déroule jusqu'aux orteils, en gros au lieu de courir avec le corps légèrement penché vers l'arrière j'ai couru avec le corps bien droit....et ça tu vois ça fait une différence, mon pied gauche a apprécié, ma cheville aussi, je ressens à l'heure qu'il est moins de douleurs d'après course et surtout moins de fatigue...

Le rapport poids de la chaussure /amorti  est toujours aussi bluffant mais le miracle survient surtout dans dans les descentes et même si je ne suis pas franchement tout à fait convaincue aujourd'hui que ce modèle ait été conçue spécialement  pour moi, oh! j'ai tout de même bon espoir de finir par en devenir une inconditionnelle, lorsque je l'aurais tout à fait apprivoisée...


A ce jour 83km au compteur de la Bondi 3, le test ne fait que commencer...affaire à suivre....




*article non sponsorisé...


vendredi 20 juin 2014

Semaine 25...

Lundi 16 juin: La sellette en passant par chez Monique 11.07km en 1h 14' 27"

Mardi 17 juin: Se réveiller très en tard, se dire qu'il fait déjà très très chaud et y aller quand même; façon Rocky Balboa: un petit run d'échauffement, un petit run pour la récup' et entre les deux  la côte des chevaux x5  soit au total 7.09km en 47'31"

Jeudi 19 juin:  La cote de Montplo:  9.74km  en 1h08'28" D+183m ..La côte  qui te fait serrer les dents quand tu la monte mais qui te fais avoir 10 ans quand tu la redescends, tellement à pic que tu  ne cours pas;  tu voles pour arriver en bas....




Vendredi 20 juin: SL sur les berges du canal histoire d'avoir un peu d'ombres et/ou de fraicheur malgré les nombreux platanes massacrés...ma chevilles gauche a moyennement apprécié l'irrégularité du sol, bref...13.81km  en 01h38'45"  Une sortie gérée en "temps de sortie" plutôt  qu'au "kilométrage effectué",  sur les conseils de Julien...

Une semaine à 41.85km  , 4h49' de run en 4 sorties, tout va bien...






mercredi 18 juin 2014

Demain je cours...

Je me suis reposée aujourd'hui...demain je cours....

A mon réveil je déjeunerais de la semoule de maïs cuite dans du  lait de noisettes sucré aux raisins secs, je boirais un mug de thé vert sans sucre....je vais préparer ma semoule, demain je cours....


Tout à l'heure, en fin d'après midi je remplirais mes bidons d'un Thé Oolong dans lequel j'aurais réhydratés et mixés 4 pruneaux ou 4 abricots secs ou bien encore quelques morceaux  de bananes séchées, j'y ajouterais une bonne grosse cuillère à soupe de mélasse pour sa richesse en minéraux et pour son gout prononcé de réglisse, j'y verserais quelques gouttes de jus de citron vert pour le fun et j'y balancerais  une bonne pincée de sel non raffiné pour compenser les pertes en sodium, je mettrais les bidons au frais avant de me coucher, je n'aurais plus qu'à les fixer demain matin à l'aube sur ma ceinture Camelbak ...demain je cours... ...


J'ai avalé ce matin mon verre d'eau additionnée d'un peu de vinaigre de cidre pour chouchouter mes articulations...parce qu’elle est un peu susceptible j'ai aussi badigeonnée ma cheville gauche de quelques gouttes d'huile essentielle d'Hélycrise Italienne ...  je n'ai pas oublié de boulotter un peu de chocolat noir pour sa richesse en magnésium, demain je cours...


Mon trajet est plannifié, mes affaires de running sont prêtes, la batterie de la Garmin est chargée, pas question de me coucher tard,  demain je cours...


J'ai veillé toute la journée à m'hydrater correctement, je mangerais des pâtes ce soir, demain je cours...


Une compétition? 


Non...demain je cours, juste...







lundi 16 juin 2014

Brève du jour...(spéciale dédicace pour Jessica*...)

Comment pourrir un repas entre copains?

Je suis très cool je te donne le truc, tu vas voir c'est très simple,si tu t'ennuie et que tu es en manque d'émotions fortes ou si au contraire tu souhaites faire un appel d'air autour de toi voici LE truc imparable pour transformer n'importe quel dîner amical en cauchemar à oublier bien vite...

Respires un grand coup, pas la peine de prendre des notes, tu vas voir, c'est très simple: 


Bien plus déjanté que de vivre sur l'eau....Encore plus dramatique que de vivre sans télé....plus politiquement incorrecte que de s'habiller chaque jour en sarouel...Encore plus dangereux que d'être végétalienne à plein temps....excessivement plus hallucinant que de rentrer en décroissance...plus irresponsable que de se badigeonner ses cheveux blonds platine au henné : 


Sois une Runneuse mince et heureuse!!!....

Tu vas voir, ça marche !!!

(* chick'n'run)


samedi 14 juin 2014

Le jour où je suis tombé dans la marmite...

J'ai couru longtemps sans autre but que celui  de courir pour entretenir ma forme. Ca ne me déplaisait pas totalement mais j'étais tout de même bien loin  de l'extase que je peux ressentir aujourd'hui en courant....L'ennui me tombait dessus comme la misère sur le pauvre monde, à tous les coups, au bout de 10 minutes de run, comme mes sorties ne dépassaient guère beaucoup plus que les 20 ou 30 minutes je m'en remettais sans trop de difficulté, j'oubliais ce sentiment d'ennui  et je recommençais le lendemain en comptant les brins d'herbe...puis quand j'en avais assez de m'ennuyer en courant, j’arrêtais de courir, quelques semaines, quelques mois, voir même quelques années...

J'admirais les runners de par chez moi, qui semblaient courir si facilement,  si gracieusement, sans essoufflement apparent, avec un rictus de bonheur que je ne comprenais pas, je les voyais passer dans un sens puis repasser dans l'autre 1 heure plus tard, bien droit dans leurs running avec le même entrain qu'au début de leur sortie...je me disais que je n'étais pas faite pour cette discipline, je suis née danseuse pas runneuse, tant pis...mais quand même....

Le running étant un sport qui permet une pratique solitaire, autonome et indépendante, ayant moi même un esprit solitaire autonome et indépendant je me suis un jour interrogé à propos d'une éventuelle inscription à une  course officielle, moi qui n'aime courir qu'à l'aube, seule et toujours sur un chemin que je choisis avec soin je me suis dit qu'il serait intéressant de briser un peu mes propres paramètres, j'ai alors crié au monde entier que j'allais courir en compétition, je me suis vaguement renseigné sur une course près de chez moi à laquelle je ne me suis finalement pas inscrite...et je n'ai pas rechaussé mes runnings pendant 1 an...

L'année d'après, la décision ayant eu largement le temps de  mûrir, j'ai entrepris de courir à nouveau,  de m’entraîner sérieusement et de participer à mon 1er 5 km officiel....

A peine la ligne d'arrivée franchie; l'envie de préparer une autre course m'a  prise aux tripes, le bonheur, la joie, le gout de l'effort intense, un peu de fierté, beaucoup de satisfaction, la passion de la compèt, ces sentiments ne m'ont alors plus jamais quittée depuis, je vis course à pieds, je mange course à pieds, je dors course à pieds....vite! il me faut m'inscrire à  une autre compétition, que je m'éclate à nouveau, et puis encore une autre pour faire mieux...et puis une autre un peu plus longue, et encore une autre et encore une autre...1 course par mois environ depuis septembre 2013 et un calendrier de course à venir over-booké...

Je suis tombé un jour dans la marmite du running de compét' et je ne suis pas prête d'en sortir...Et je ne compte plus jamais les brins d'herbe...



Semaine 24...The show must go on...

Lundi 9 juin: 6.58km en 43'55  une petite sortie bien suffisante après les 25km de rando en montagne parcourus la veille...

Mercredi 11 juin:  9.65km en 1h08'55"  sous une chaleur de folie...

Jeudi 12 juin: Séance de côte à Montplo,  10.64km en 1h1848" D+ 183m...

Vendredi 14 juin: 11.21km en 01h22'29", impossible de faire plus pour cause de chaleur intense même en partant avant 7h00 du matin...


Petite semaine en terme de kilométrage...


jeudi 12 juin 2014

A Michel...

Je suis passé devant chez toi ce matin en partant pour Montplo. J'aurais pu écrire ma peine debout devant ta porte mais j'avais peur que la rosée du matin qui perlait à mes cils n'emporte mes mots fraichement écrits. Alors je suis partie à Montplo.Je t'ai écris dans ma tête tout en courant avant de t'écrire ici.

Je me suis dit qu'une correspondance internet passe forcement par monts et par vaux alors sait-on jamais....

J'ai couru jusqu'à Montouliers en me repassant en boucle tes petits messages sur ce blog ou ailleurs à propos des mes courses et puis j'ai suffoqué avant même d'attaquer la côte de Montplo mais le dénivelé n'était pas en cause.

J'avais mis le cardio comme tu me l'as si souvent conseillé mais je n'avais pas changé de jambes, ça non...et  j'ai grimpé cette fichue côte en pensant à toi...

Adieu mon "petimimi"


(Merci de ne pas commenter ce billet, ni de près ni de loin)











vendredi 6 juin 2014

Semaine 23...

Le 10km de la Cettoise étant passé, place à un nouvel objectif, celui de finir dans la joie et dans la bonne humeur  le Marvejols-Mende qui aura lieu le 27 juillet prochain...Alors place au travail de côte et ça commence tout en douceur cette semaine...

Lundi 2 juin:  petit run de décrassage post compèt' : le pech-le village; 8.1km en 59'59" , dénivelé 136m, une sortie 100% plaisir après mon calvaire de dimanche dernier...

Mardi 3 juin : sortie tranquille en EF, sur un parcours bien plat, 8.24km en 57'18"  , vitesse :  8.6 km/h de moyenne soit 71% de ma *VMA théorique 

Jeudi 5 juin: travail de côte à  Montouliers : 8,98 km en 1h03'58" D+ 167m,  allure moyenne:  7'7"/km


vendredi 6 juin: SL 21.4km en 02h38'19" allure moyenne 7'24"/km

Une bonne semaine d'entrainement avec au compteur  5h39' de run,  46.63km   D+341 et c'est sans compter la course de dimanche dernier, le mois de juin commence donc  sur les chapeaux de roues...

* VMA calculée par  jesuisuncoureur.com sur la base de mon dernier RP au 10km




mardi 3 juin 2014

Prochaine étape...Courir La Légende...

Et c'est parti pour ma prépa toute personnelle du semi XXL de Marvejol-Mende qui aura lieu dans un peu moins de 8 semaines...Au programme de la SL, du D+ , le tout sous le soleil de Satan puisqu'il parait que là bas c’est un peu  l'enfer et c'est pas moi qui le dit ...

Un peu tard pour un "vrai" plan d'entrainement et vu le D+ je ne suis pas certaine que j'aurais pu en trouver un qui corresponde au profil de la course alors je vais me faire un entrainement à la Rocky Balboa...à peu près...

Donc voilà,  le 27 juillet 2014 je serais sur la ligne de départ de cette 42ème course de de légende, folle mais pas trop, je n'aurais aucun objectif chronométrique  pour cette épreuve;  le challenge ultime étant juste de la finir, entière, que je survive aux côtes de folie et que je ne me casse pas la margoule dans les descentes... et aussi bien sûr que je franchisse la ligne d'arrivée avec le sourire,  voilà pour moi...


Je vais donc m’entraîner durant ces 8 prochaines semaines, avec dans la tête, le D+ de Marvejols-Mende...et rien d'autre...







dimanche 1 juin 2014

La Cettoise; CR....Ma longue agonie...

Départ à l'aube, direction Sète...
Je n'aime pas les 10km et j'ai peine à courir dans le sud en cette saison , je suis donc partie un  poil stressée, comme si je savais qu'atteindre mon objectif était un peu perdu d'avance, le mental pas vraiment au top pour cette course, bref....

Nous sommes arrivés largement en avance sur Sète, nous garons la voiture sans difficulté, nous rejoignons à pieds le gymnase où je retire mon dossard puis nous partons en direction de ce que nous pensons être l'arche de départ,  à 500m de là...Je fais donc mon deuil d'un hypothétique dernier passage au  pipi-room avant le coup d'envoi, je suis relativement tranquille mais je ne crois pas à cet objectif, je sais que je vais en baver, je le sens, il fait déjà très chaud alors qu'il nous reste plus d'une heure à patienter avant le coup de pistolet fatal..

Je constate  qu'il n' y a curieusement pas grand monde alors que nous sommes toujours prêts de l'arche...nous comprenons que, comme souvent ici dans le sud, les sites de départs ne sont pas du tout indiqués, nous sommes en fait près de l'arrivée, nous emmenons donc  à l'endroit approprié un certain nombre de gens qui se sont fait prendre, tout comme nous, à une certaine improbable logique sudiste, re-bref...Je pars m'échauffer un peu...

Le coup d'envoi est donné... je pars comme une balle, j'ai une patate d'enfer, je me sens hyper bien, je passe devant coah-chéri qui m'indique un dos d'âne pile au moment ou je manque de m'écrabouiller sur le sol faisant tomber potentiellement  tout un peloton derrière moi, je me rattrape au vol, je souris quand même, je suis bien et j'ai le temps de voir la mine de coach-chéri qui n'à pas l'air content, content...il m' informera plus tard qu'il s'est dit à ce moment là que j'allais surement bien trop vite ...ou bien alors que je devais être dans une méga forme, à cet instant précis entre les deux probabilités son coeur balance, mais juste un peu en fait et il sait bien que je vais payer cher ma petite folie du jour ...m'enfiche,  moi je continue toute contente, je trace la route, youpie la vie, un coup d' œil à ma Garmin,  je suis en instantané à 5'10/km, (c'est bien trop rapide pour mon modeste niveau) et je me dis que je vais me caler sur cette allure.... que je tiendrais effectivement à peu près pendant les 3 premiers kilomètres ....

Au km 4 ça se gâte un peu, on m'avait annoncé un  parcours absolument plat, ben pour moi c'est pas plat du tout....et chose étrange c'est que sur la deuxième moitié du parcours ça n'est pas plat non plus, vas y comprendre quelque chose... j'ai couru la seule course au  monde, avec départ et arrivée quasiment  au même endroit, où tu montes sans cesse en faux plat mais où la route ne redescend jamais, la seule compèt'  de l'univers dont tout le monde prétend qu'elle est plate alors qu'elle ne l'est pas  ...bon, revenons tout de même à mon kilomètre 4...je crève de chaud, j'ai soif, le ravito était annoncé au km 5 alors je me dis que je dois tenir jusque là, je vois la pancarte "KM5", mais oh!!! il est où le ravito???? j'avance, j'avance, toujours pas de ravito, je suis presque au km 6 et enfin le voilà, sauf que quand on me dit ravito au km 5 et qu'on me le colle au km 6, ça m'assoiffe, ça me perturbe,  et ça me fout dedans...Je bois, enfin...

Je repars péniblement, la relance est très difficile et je peste un peu intérieurement rapport à l'emplacement du ravito puis je tente de reprendre le contrôle de moi-même en me disant qu'au moins j'ai gagné 1km sur ce qui me reste à parcourir après avoir bu ce fichu gobelet de flotte...

Km7:  ça ne va pas du tout, je n'avance plus, je suis à 6'57"/km, je sais que je suis bien loin de mon objectif mais j'ai de temps en temps une lueur de fol espoir, je compte bien accélérer....sous peu...je vais y arriver...Un type dans un camion sorti de je ne sais où tente une manœuvre pour se dégager de son emplacement, un coup en avant, un coup en arrière, une femme qui court  à coté de moi me prévient gentiment de faire attention et moi tout ce que je trouve à dire à ce moment là c'est un tonitruant "mais quel con!!!"  qui a fait se retourner un autre coureur me lançant au passage un  oeil noir moyennement sympathique, je reprends mes esprits, je m'excuse et remercie au passage ma compagne de course d'un jour et dans un élan de fierté mal placée je taille la route en accélérant,  histoire de me faire oublier...

Km 8 : je sors mon joker de ma poche pour ne pas abandonner cette course qui me fait vraiment souffrir, je ne regarde plus le peloton devant moi, je ne regarde plus rien d’ailleurs à part, en biais,  le revêtement du trottoir en Granit Rose...je vais me concentrer là dessus et aussi, pour sauver ma course, parcourir mentalement  le chemin qui mène de notre ex-jardin à notre péniche, le chemin faisait 2km et il me reste précisément 2km à courir....alors je passe devant le jardin d' Antoine...puis j'arrive au cimetière....je vais traquillou jusqu'à la cave coopérative...tiens, tiens, douloureux  retour à la réalité" mais  qu'est ce qu'il fiche là à courir en sens inverse lui? il décrasse? merci pour les encouragements pauvre pomme, mon humeur est moyenne mais je m'accroche... je vais ensuite hélas  passer devant un homme à terre avec plein de pompiers autour de lui, il semble inanimé, ça me fiche un coup mais je m'accroche encore....me voilà de nouveau dans ma bulle, je suis  devant l'épicerie de mon  village et j'arrive devant chez les Feltrins, je n'ai plus qu'à passer devant la mairie et je serais sur la route qui mène à Port-Argeliers pis après je verrais notre péniche et je serais arrivée, enfin...

A défaut de péniche voilà l'arche tout au loin là-bas, je la passe, je suis plutôt en miette,  mon chrono n'est pas du tout  à la hauteur de mes espérances mais là tout de suite je m'en fous, j'ai fini cette fichu course de malheur...j'ai eu chaud, j'ai eu soif, j'ai eu les jambes en plomb, j'ai failli abandonné 1000 fois, j'ai pas eu un encouragement sur le parcours parce qu'ici à part le rugby ben y a rien de rien qui compte, j'ai failli m’étaler sur un dos d'âne et finir en bouillie sous un camion mais boudu de boudu j'ai passé l'arche en courant de ce fichu 10 km de malheur...Voilà!



Si tu veux voir le départ de la course quand je fais encore ma maligne...et si tu veux voir ma longue agonie finale, cliques sur les deux vidéos ci-dessous:....mon chrono est là




video





video




La Cettoise, Résultat: un chrono pourri et une longue agonie ...

Autant annoncer la couleur direct; Julien m'avais dit, je cite:  "tu claques le chrono et tu repars" j'ai pas claqué le chrono mais je suis repartie aussi sec....Une course très mal gérée au départ au point que coach-chéri me voyant passer devant lui à toute berzingue après seulement quelques quelques minutes de course se dira" soit coco  est très très en forme....soit ça va mal finir" bon bah en effet, ça a mal fini, c'est le moins qu'on puisse dire...Une course à oublier bien vite...




Place Nom Prénom           Temps     Catégorie      Class/Cat         Moyenne
369  EUSTACHE Corinne     01:02:28      V1F           47               9,605