samedi 28 février 2015

Y a pas que cocoandco en mode running ...y a coach-chéri aussi, en mode marche athlé...

Cadeau du jour; une petite vidéo brute de décoffrage montrant coach-chéri à l'arrivée de sa Sl du jour, en mode marche-athlétique et dans notre milieu naturel...

14km en 1h40 avec notre dondon archi-cuite à ses cotés...

et le soleil en prime...Enjoy !!!!





Coach-chéri from coco andco on Vimeo.

vendredi 27 février 2015

Altra Intuition ....1eres impressions...

Altra intuition 2.0

Cette paire de running (portée par coach-chéri, dans sa version homme) m'a été délicatement offerte par Marie

 "J'en rêvais, marie l'a fait" voilà mon nouveau mantra...


Avant d'entrer dans le coeur du sujet, je préviens mon aimable lectorat que l'avis qui va suivre, n'est par définition, que le mien (oh!) exprimé avec des mots choisis IRL...si tu veux des termes très techniques, passes ton chemin, ici t'es chez coco et ça écrit comme ça cause...

1ères impressions

Je les trouve très mimi mais si tu cherches le truc sexy qui va bien, ça ne le fera pas...Les couleurs sont vives et toniques, tout comme j'aime, la finition me semble bonne et me donne une impression de solidité tant au niveau du mesh que de la semelle.

Le chaussant est d'un confort absolu et si je déteste, à propos des running, l'expression "on se croirait dans des pantoufles" j'avoue que pour le coup; c'est très juste.

Pas de problème avec les lacets en ce qui me concerne, coach-chéri est juste étonné de leur longueur, les siens étant beaucoup plus petits, on en déduit que tous les lacets Altra font la même taille quelle que soit la pointure de la chaussure (?)

Ayant l'habitude de porter des runnings à petit drop (4mm pour mes Bondi3) je ne suis pas trop craintive quand à la transition et je décide d'y aller franco, dès réception , contre le vent, en semaine post-semi et à un horaire inhabituel pour moi...

1ère sortie (5km et des bananes)
                                                 

Ma foulée s'est grandement modifiée ces derniers mois... d'une foulée talonnante à mes débuts de runneuse je suis passé à une foulée médio-pied pour le plus grand bonheur des mes genoux, de mon dos et de mes cervicales,....le choix de mes chaussures ainsi que, j'en suis certaine, mes exercices réguliers de PPG de type talons-fesses ou autres montées de genoux, ont, de plus, contribué à rendre ma foulée un peu moins rasante et surtout plus efficace....

En Altra je pousse un peu plus loin  le phénomène atterrissage médio-pied et pour ce faire j'ai moins besoin de penser ma posture...l'attaque sur le médio-pied, en ce qui me concerne, devient évident très rapidement, en quelques minutes, limite même si je n'attaque pas sur l'avant du pied...ma foulée est si dynamique que je m'oblige un peu à ralentir pour ne pas faire cette première sortie,en Altra, au seuil....

Je suis surtout bluffée par le maintien "naturel"*  de mon talon qui ne se barre pas dans tous les sens dès qu'il s'agit de se déporter sur la bas coté d'une route par exemple, là où je ne manque jamais de me tordre un peu le pied à cause des trous, des mottes de terre ou des cailloux qui traînent...

Je suis aussi agréablement surprise par la réactivité de la chaussure et si je veux rester en EF au cours de cette sortie je dois contrôler un peu mon allure qui à tendance à s'emballer...


2ème sortie (11km): 

 Allure libre, sur route et chemin de vigne avec une jolie côte à descendre (et à remonter évidemment)

Malgré les kilomètres accumulés depuis dimanche, je suis bluffée à nouveau par l'impression de légèreté que me procure cette paire de running. J'ai comme l'impression de prendre mon envol à chaque foulée.. Je dévale la cote des chevaux sans aucune douleur et je parcours quelques kilomètres sur des chemins de vignes sans craindre la chute.

 Les relances trop sont faciles et plus j'avance plus je me sens bien, j'envisage même de porter ce modèle lors de ma prochaine compétition qui aura lieu dans un mois, c'est dire...Ma foulée reste fluide même après 1h00 de course et j'opterais sur la fin pour deux accélérations en ligne droite histoire d'apprécier un peu plus son dynamisme et son  maintien, validés...

3ème sortie: 

Même parcours que la veille en EF, contre un vent de folie et avec, peut être, un peu trop de kilomètres à mon compteur hebdomadaire...

Je me sens en osmose totale avec ces chaussures un peu hors du commun qui te donnent à la fois l'impression de courir pieds nus et d'être tout de même bien protégé grâce à l' amorti discret et efficace. Il est clair que je n'ai pas été très raisonnable cette semaine, tant au niveau du kilométrage que de la transition que je n'ai pas faite...passer d'une semelle surdimensionnée à un modèle moins assortissant et à drop zero sans transition nécessite tout de même une bonne connaissance de soi et une foi en la vie sans faille mais je ne le regrette pas tant les sensation d'aujourd'hui et d'hier ont été agréables....

J'apprécie le fait que sur les portions "champêtres" je me sens en sécurité et ayant la fâcheuse tendance à trébucher facilement sur les cailloux (ouai, bon ça va !)  je dois dire que ce point là est  un point positif en ce qui me concerne. Ceci dit sa semelle est clairement taillée pour la route, sur les chemins boueux, il me faudra faire avec ...

Stabilité,  fluidité, légèreté, dynamisme et d'excellentes sensations de course en prime, la récup' se faisant  également dans le bonheur, que demander de plus? 


Synthèse: 

Une agréable découverte. 

J'envisage  de chausser cette paire d'Altra pour mes deux prochaines compétitions, dont le 
semi-marathon de Nimes...

Il est encore un peu tôt pour estimer si elle feront l'affaire pour ma prépa du marathon de la Rochelle mais d'ors et déjà j'ai comme la nette impression que je vais être infidèle à Hoka lors d'un prochain achat...

Souvent femme varie....


@ suivre...

*je veux dire par là  que j'ai le sentiment qu'il se tient tranquille tout seul, sans contrainte...

Récap' février 2015...




Le mois de février s'achève, place qu mois de mars et à la foulée des remparts d'Aigues-Morte qui aura lieu en fin de mois, compétition que je courrai en compagnie de coach-chéri et d' Audrey , pour mon plus grand plaisir ...

Semaine 9...post semi...

Lundi 23 février : Après ces quelques semaines de plan qui m'ont conduit jusqu'au semi de Maraussan, je m'octroie 1 semaine de run en mode récup'....et ça commence au lendemain de cette compétition avec 6,26km en 46'49" ....une petite sortie de décrassage dont les premières foulées ont été bien raidasses...

Mardi 24 février: Quelques litres de thé vert plus tard, j'ai retrouvé un peu de fraîcheur dans les jambes et me voilà partie au petit matin sous une pluie fine  pour un petit run tranquilou dans ma campagne: 8,24km en 58'25"

Mercredi 25 Février: Je devais être en mode récup',  je ferais finalement une petite sortie improvisée grâce à Marie (je vous expliquerais le pourquoi du comment dans quelques jours) 5,33km en 35'02"


Jeudi 26 février:  La sellette aller-retour en passant par chez Monique, allure libre: 11,08km en 1h16'24" 

Vendredi 27 février: La même chose que la veille mais sous un vent de folie: 11.06 en 1h18'00"

63,06km parcourus depuis dimanche, ça ira bien,  je range donc  mes running jusqu'à lundi et je m’apprête, (si le temps le permet) pour  une rando au Pic St Loup ce week-end...




jeudi 26 février 2015

Je cours...et je sème des graines....

Il  y aura bientôt deux ans un pitoyable drame familial s'est abattu sur ma tête de piaf....ladite tête de piaf qui en avait pourtant déjà vues de bien belles au cours de sa vie, des vertes, des pas mûres et des qui déprimeraient un régiment, a décidé pour l'occasion de sauter à pieds joints dans une vieille paire de running qui traînait par là, pour ne pas mourir et survivre à l’infamie....

Le temps a passé, mon immense chagrin est resté intacte.... pourrir un peu le reste de ma vie c'était son rôle à mon chagrin mais mon rôle à moi étant de vivre avec joie, je n'ai laissé de place à ma tristesse que celle que je voulais bien lui accorder, un peu mais pas trop non plus, faut pas pousser mémé, infiniment incrustée en moi mais discrète et silencieuse et surtout n'appartenant qu'à moi seule, ma douleur ne m’empêchera ni de vivre, ni d'aimer....

Le temps a passé et  reconnaissante d'avoir survécu à cette ultime épreuve, je sème aujourd'hui en courant des graines de bonheur et de joie, celles-là même que je m'invente lors de mes séances de run et qui sont si nécessaires à mon intégrité physique et psychique...

Je cours et je souris et je parle, à tous ces gens que je croise sur mes chemins de la paix, à ceux qui aimeraient courir mais qui n'en ont pas le courage, à ceux qui grelottent de froid en sortant le chien dans ce froid hivernal, à ceux qui crèvent de chaud l'été dans les vignes, je leur offre ma force et mon énergie, ce que le running m'apporte de joie; je le redistribue...si le bonheur existe alors je le partage...

Je lance des petites graines de bien être à ceux qui voudront se donner la peine de bien vouloir les attraper au vol, en partageant sur la toile ou irl, mes petites secrets de fabrication d'une balle énergétique, en listant les ingrédients de mon huile-sport, en affirmant haut et fort que l'impossible est possible, en accordant ma bénédiction pour un "sub je ne sais combien" d'un  premier 10km officiel d'une jeunette...

Nous avons tous quelques chose à donner aux autres et mes conserves de pâtés et autres bouteilles de vins, gagnés sur les sites de courses, finissent parfois sur la table d'un mal-nourri....Que le partage soit virtuel ou pas il n'en est pas moins vrai à mes yeux et à mon coeur....La course à pieds est une mine de cadeaux à envoyer aux autres et je ne m'en prive pas....

Le trop plein d'endorphine redistribué à son prochain sous forme de cadeau qui tombe à pic, de sourire béat ou de paroles bienveillantes, n'est ce pas là une chouette idée qui vaut bien tous les anxiolytiques du monde?

Comme j'ai été bien inspirée en regardant passer les runners du dimanche devant mon bateau, j'espère à mon tour en inspirer d'autres, à sortir de chez eux, à enfiler leur baskets et à oublier leurs soucis plutôt qu'à se complaire dans leur morosité et j'ai cette prétention qui consiste à me dire, que peut être, pour quelques uns, je servirais d'exemple:

"p'tain, y a une vieille, tous les matins ou presque, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, elle court et avec le sourire en plus....je devrais p'être m'y mettre, nan? "



Je dédie ce billet à Marie, qui sait si bien ce que le mot partage veut dire  ...





mercredi 25 février 2015

Tristesse....

Nous sommes tristes d'apprendre le décès, survenu accidentellement dimanche dernier, au retour du semi-marathon de Maraussan, de Monsieur Vincent Diaz, sympathique animateur de toutes les courses héraultaises dont je vous parlais dans mon billet précédant....

au micro: Mr Vincent Diaz
Ronde du Tam de Montady 2014

lundi 23 février 2015

CR...Le Semi de Maraussan... la course avec un RP et que du bonheur dedans...

L'avant course


Il y a des jours comme ça où tout n'est que bonheur du début à la fin....



Alors qu'à force de traîner mes hoka dans les compétions de par chez moi certains visages me paraissent désormais familiers, il est toutefois rarissime que les gens viennent nous parler spontanément. 
Hier ce fut tout le contraire et il ne m'en fallait pas plus pour me rendre très heureuse....Le speaker de toute nos course héraultaises vient papoter quelques minutes avec nous après le retrait des dossards...une dame vient ensuite à ma rencontre pour me demander si je n'ai pas eu trop de séquelle après ma chute à Montady...Une autre s'approche et se souvient que nous avions papoté pendant cette même  course de Montady mais l'année précédente....une 3ème nous rejoint et me relate une de ses chutes passées ...Alors que nous sommes bien au chaud, devant le stand "petit déjeuner" ou trônent café et autre part de quatre-quart, ce n'est que regard et sourires bienveillant de part et d'autres...



Nous sortons prendre l'air et allons saluer Julien (que tu connais aussi un peu virtuellement si tu suis mon blog).... et cerise sur la gâteau, un  monsieur s'approche et me dit : 

"oh mais je vous reconnais, vous avez un blog" 

Alors tu vois, suite à cette dernière remarque, te dire que je suis heureuse à ce moment précis ce serait trop petit, je nage dans le bonheur et du coup j'en oublie que je me pèle de froid, que j'ai bu du thé avant de partir et que j'ai encore envie de faire pipi....

Après un échauffement en mode minimum syndical, coach-chéri et moi même immortalisons à notre manière un dernier bisous d'adieu...




Je vais ensuite comme tout le monde me placer sur la ligne de départ matérialisée par une simple flamme... coach-chéri part avec son bel appareil-photo-caméra sous le bras en précisant de quel coté de la chaussé il se trouvera; histoire qu'on ne se rate pas, un départ de course c'est sacré.... alors que l'ensemble du  peloton (comme quasiment à chaque compétition par ici) s’aperçoit qu'il est tourné dans le mauvais sens, branle-bas de combat tout le monde se déplace et se replace pendant que coach-chéri décide de se barrer à 300m de là pour éviter la foule en délire et déclencher sa caméra au bon moment sans être gêné ...et vas-y qu'il discute avec une dame qui tient la même chienne que la notre au bout de sa laisse et vas-y qu'il a  le nez au vent et que le fond de l'air est frais et youpiiii la vie, bam, coup de pistolet, coach-chéri comprend alors que nous nous éloignons de lui et qu'il est juste en train de rater le départ....




La course

Je ne te détaillerais pas cette épreuve  kilomètre par kilomètre parceque cette fois, j'en suis bien incapable.Cette course ne sera que joie et bien être et sera faite essentiellement de rencontre que je vais te relater ici, à ma façon...et si par hasard tu te reconnais dans les portraits qui suivent, dis toi bien qu'il n'y a rien de mauvais dans mes propos...

Les 3 zozios: 

Ils sont grands, jeunes et très joyeux...ils chantent à tue tête des airs de Claude François, je suis juste derrière eux et je souris...3 secondes, pas plus....ils chantent, parlent fort, apostrophent les supporters dans leur jardins, c'est bien simple on n'entend qu'eux et si c'est relativement drôle et sympathique il se trouve que ma petite personne quand elle court, manque parfois un peu d'humour et a grand besoin de concentration....heureusement ils ont de grandes jambes et finissent par me semer, je ne vais pas m'en plaindre, je retrouve ma sérénité, j'avance, je suis bien...je les retrouverais plus tard , je ne le sais pas encore...

La miss

Elle est jeune, elle a une belle foulée et elle souffle un peu fort, on sent bien que l'effort est intense...elle est presque à mon niveau et elle tente de me doubler...la compétitrice qui est en moi se met en mode "tout croc dehors" et il n'est alors pas question que cette demoiselle me double..elle me doublera, ou pas, quand je l'aurais décidé, pas avant et je vais lui en faire baver des ronds de chapeau à cette jeunette...je vais la trimbaler pendant 2 ou 3km, elle accélère, j'accélère, elle reprend son souffle, j'en profite pour faire de même...je vais même faire ma folle dans une petite côte ou je redoublerais d'effort pour qu'elle reste derrière mon épaule..je ne veux pas qu'elle me double et je sens que ça l'agace....notre petit jeu a  duré un bon moment et la vie étant ce qu'elle est, la miss a fini par me larguer et je ne l'ai plus jamais revue...


Le V4 du jour

Non ce n'était pas Roger... il avait une allure et une foulée efficace et ce monsieur était fort sympathique comme Roger mais ça n'était pas lui....nous engageons une conversation à propos d'une côte qui nous attend et j'apprend que ce monsieur a fait le Marvejol-Mende l'an passé, tout comme moi et puis Nimes aussi...il ne m'en fallait pas plus pour tisser du lien et on courra côte à côte en papotant pendant 2 ou 3km, au même rythme et ça tu vois ça me crée des émotions positives... je suis bien mais je me dis que je devrais peut être enclencher un peu le turbo...au 10ème kilomètre je prends mon envol, je ne le reverrais qu'à l'arrivée...


La vierge, comme d'hab'

Il est  environ 10h30 et je viens de quitter un ravito...je sais l'heure qu'il est parce qu’une jeune fille vient de le demander à un bénévole et je trouve ça trop mimi et rigolo, ça égaye ma course tiens....depuis le début je cours au feeling, sans regarder ma montre avec tout juste de temps en temps un coup d’œil sur le cardio mais c'est tout, je cours libre et c'est trop chouette...je suis partie sans ma ceinture porte-bidon voilà pourquoi je me suis arrêté au ravito, finalement c'était une super bonne  idée qui me sort un peu de ma bulle maintenant que mon V4 du jour a disparu...il est gentil ce monsieur, faudra que je le salue sur une prochaine course...pis cette dame aussi qui demandait de mes nouvelles tout à l'heure...ils sont gentils les coureurs quand même....pis ces chemins qu'est ce qu'ils sont beaux, on dirait les chemins de randonnées que je parcours parfois avec coach-chéri et qui nous fait fredonner :

"ce petit chemin qui sent la noisettttteeee, ce petit chemin, n'a ni queue, ni têteeeee" 

bref, c'est beau ici_.....pis l'organisation, topissime... pis l'ambiance, cool comme j'aime... et je suis si bien et le monde est si beau et la course à pieds c'est trop le bonheur....

La vierge n'est pas loin, elle s'approche de moi, je sens sa grâce au bout de mes hoka, la preuve à ce moment précis j'entend sonner les cloches d'un village en contrebas et je manque d'exploser de rire en plein run...ouai ben fais attention où tu mets tes pieds quand même, vas pas nous faire refaire le coup de la mamie qui se pète la gueule en pleine compèt', dis au revoir à la ste vierge et reprends tes esprits....

Les 3 zozios à nouveau: 

Je suis au 15ème kilomètre, ça commence à faire...comme je suis sur une portion relativement plate et bien goudronnée j'essaye de maintenir un rythme correct pour compenser les ralentissements dans les montées et je les aperçois, toujours rieurs, toujours chantant...je me dis que vraiment, ne voulant pas subir ça jusqu'à l'arrivée il me faut donc les doubler....il sont trois, ils sont grand, ils sont  côte à côte, avec des épaules bien carrées mais  je vois un tout petit espace entre deux... je me mets en mode crevette en positionnant mes bras un peu le long de mon corps et je fonce au milieu d'eux....

"mouahhhhh, y a un petit TGV qui vient de nous doubler" 

" ouai, ben le TGV va avoir 50 berges et il a en plein le dos"

Un des 3 zozios quitte ses petits camarades pour faire quelques foulées à mes cotés vite rappelé par ses 2 comparses qui se sentent abandonnés, on prendra tout de même le temps de se balancer quelques vannes avant qu'il ne fasse demi-tour... ça souffle fort dans mon dos du coté des zozios,  je les sens un peu cuits à point ...moi par contre je gère et je fiche le camp, je ne les reverrais même pas à l'arrivée et c'est pas faute de les avoir guetté...

Mon coach-chéri, enfin: 

Au loin j'entends le speaker au micro....la ligne d'arrivée est à  quelques centaines de mètres au bout de la ligne droite et il scande mon nom probablement soudoyé par coach-chéri qui est, j'en suis certaine, à ses cotés...

J’aperçois Julien qui s'en va sur son vélo... dans un semblant de sprint je me rapproche de la ligne d'arrivée et je vois enfin mon coach-chéri d'amour...si heureuse de le voir et si heureuse d'en avoir fini que quelques larmes se coincent dans ma gorge...

Je franchis la ligne d'arrivée en 2h12'8" ...  je suis en pleine forme et très heureuse et je pense déjà à la prochaine épreuve...








dimanche 22 février 2015

Semi-Marathon de Maraussan...Résultat....


Temps officiel : 2h12'18"....

Précédent record 2h16'39" à Nîmes, en 2014







Plus de photos et CR à venir....

@ suivre....



vendredi 20 février 2015

Les jours d'avant...



Je ne sais pas pour toi mais en ce qui me concerne, les jours d'avant course sont toujours un peu "épicés"...

J'ai faim tout le temps: 

En temps normal aussi j'ai plutôt tendance à être un estomac sur patte, mais là c'est puissance 1000... mes casseroles et mes assiettes d'occidentale (bien) nourrie au grains sont pleines, mais il y a comme un bug dans mon système interne de satiété... les jours d'avant course: j'ai les crocs!

Je me sens frustrée: 

Faire du jus, faire du jus, c'est bien beau mais pour la runneuse mono-maniaque du plan que je suis, ça veut dire semaine allégée, donc pas trop de sortie, trois, pas plus et toute petites riquiquis, du genre de celles qui te prennent plus de temps pour t'habiller que pour courir. Alors forcement si la gambette devient  légère, le moteur interne, lui, carbure à plein régime.Je passe du modèle vieux diesel que je suis à celui de Formule 1 flambant neuf et rugissant..mais dans mes rêves seulement,c'est très con...

Je crains le pire: 

Faut dire qu'avec mes 2 Litres  de thé vert quotidiens, sans compter celui de "Tchaî " qui ponctue tous mes repas, pas besoin de te faire un dessin, j'ai souvent besoin d'aller au petit coin, surtout quand il fait froid.. "les jours d'avant" se transformant en un  grand moment de lucidité, j'ai mon 3ème oeil qui s'ouvre alors en grand et  j'imagine aisément que devant la cave coopérative de Maraussan il n'y a ni pipi-room ambulant, ni buisson pour faire ça tranquillement....J'envoie alors coach-chéri en mission spéciale sur google maps qui me confirme; il n'y a pas de buisson aux abords de la cave...La situation se corse, je crains le pire....

J’abhorre les prévisions météos:

Je ne sais pas pourquoi mais coach-chéri aussi change un peu de comportement "les jours d'avant"... faut dire que si la pluie me tombe sur le nez pendant que je cours, elle risque bien de tomber aussi sur le coin du sien, ce sera moins fun, je te l'accorde, pour lui qui sera spectateur, sans pouvoir zapper le phénomène alors qu'en compétition je peux le faire sans problème...bref, coach- chéri adore me lire les prévisions météo le matin au réveil et ça à un peu le don de m'asticoter, je préfère quand il me lit du Rimbaud....le vent je ne veux pas en entendre parler...Tramontane, Cers, Marin, je ne veux rien savoir, qu'il aille se faire voir ailleurs le vent, moi, je préfère imaginer qu'il n'y en aura pas et je cultive avec délice mes supers pouvoirs de "décanilleuse" de vent...Mais coach-chéri en a décidé autrement, il trouve que c'est mieux de savoir alors demain matin j'aurais encore  droit à la météo de dimanche, ça va finir par me porter la poisse cette histoire, hum....

Je deviens asociale :

"Les jours d'avant" je n'ai pas trop envie qu'on me parle, seul coach-chéri à le droit de m'adresser la parole, pour le reste du monde;  il n'a qu'à bien se tenir, chacun chez soi  et les vaches seront bien gardées... Je suis un peu comme ce chauffeur de taxi New-yorkais dans la scène culte de "Taxi Driver", je te laisse apprécier...








jeudi 19 février 2015

Semaine 8...plan (2) semaine 8...




Voici venu le moment d'entrer dans la phase de relâchement de mon plan avec cette dernière semaine d'entrainement volontairement allégée, en nombre de sortie et en intensité de travail, histoire de faire un peu de jus avant le semi-marathon de Maraussan qui aura lieu dimanche prochain...

Lundi 16 Février : 1h00 d'EF soit 8,43km  en 58'16"

Mardi 17 Février: 30' d'échauffement suivi de 2x8x30"30"avec R3'  + footing de récup' de 10' soit au total  8,40km en 1h00

Jeudi 19 Février: dernière sortie du plan semi, 40' d'EF soit 5,90km en 40'19"

lundi 16 février 2015

Semi-Marathon de Maraussan... J-6...

Clic pour agrandir
source: jogging-plus



Pas de chrono en vue pour ce semi nature au profil incertain...le vivre bien, rester entière et profiter de l'ambiance champêtre avec mes bondi 3 aux pieds, voilà pour moi...

Un petit clin d’œil aux runners urbains qui me lisent :  Pour nous aussi , dans cette chouette campagne sudiste, les dossards sont parfois limités; pas plus de 300 attributions pour cette épreuve là, ça laisse songeur, nan? 














vendredi 13 février 2015

Semaine 7...plan (2) semaine 7...

Lundi 9 février : 45' d'EF , du froid, du vent, deux chiens qui traînent, le cardio qui grimpe comme si je piquais un sprint plus une douleur au genou...hum, une sortie à oublier très vite....6,30km  en 44'31"

Mardi 10 février:  30' d'échauffement puis  2x4000m AS 21 avec R2' ...retour footing de récup' 10' soit  au total 13,44km  en 1h27'15"


Jeudi 12 février: Footing en EF soit 8,43km en 1h00...pas grand chose à  dire de cette sortie si ce n'est que je ne trouve pas trop que le "rendement" soit au top, il est temps que mon plan se termine....


Vendredi: Sl en EF d'1h20' dont 2x10' au seuil avec R2' ... contrairement à hier je suis assez contente de ma petite personne et je vois que le travail  commence à payer en comparant ces deux mêmes séances d'un même plan effectuées à quelques mois d'intervalle.... résultat du jour: 12,59km et la satisfaction de ne pas "bosser" pour rien en prime....









21 novembre 2014
13 février 2015





jeudi 12 février 2015

Halva-cru de mon coeur...



Pour adoucir les mœurs les veilles de compétition, voici une recette régressive à souhait que je t'invite à confectionner pour offrir à ton(ta) coupeur(seuse) de citron préféré(e)...

Facile à faire et sans cuisson, même si tu ne sais pas faire cuire les pâtes (je ne vise personne, suivez les dreadlocks) là franchement , tu ne pourras pas te louper...

Hum, oméga, 3 calcium, bon gras et bon sucre, tu fais le plein en te régalant, que veux tu de plus pour être heureux? 

Il te faut donc: 

125 ml de graines de lin moulues 
125 ml de graines sésame cru moulues
1CS de tahiné (ou de la purée de noix cajou, d'amande... c'est bon aussi)
1 bonne rasade de sirop d'agave (ou de miel si tu n'es pas VGL)
quelques gouttes de jus de citron (optionnel)


Dans un saladier tu mélanges tes graines de lin et tes graines de sésame préalablement moulues, tu y ajoutes 1 CS de tahiné et tu patouilles ça comme tu peux puis tu verse là dessus du sirop d'agave (ou du miel) au pif pour que ta préparation se ramasse facilement en boule (en gros il faut que ça se tienne et que ce soit à ton gout niveau sucre) si c'est un peu sec et que ça s'émiette tu ajoutes quelques micro-gouttes de citron et tu re-patouilles bien pour former une boule qui doit être ni trop sèche ni trop humide...


Tu déposes cette boule dans un contenant (idéalement en plastique pour faciliter le démoulage, de forme carré ou rectangulaire) tu l'aplatis et tu tasses bien la préparation pour que son épaisseur fasse environ 2cm, tu lisses un peu la surface pour que ce soit joli et tu mets ça au frigo quelques heures...

Tu démoules donc délicatement , tu coupes ça joliment avec un couteau pointu en forme de petite bouchée et tu sers ce halva cru à ton/ta chéri(e), avec un thé vert, en fin de repas... (en vrai tu fais comme tu le sens mais à l'apéro et  avec de la bière, ça le fera moins...)

Enjoy!!!!

(la recette initiale est là: toutcrudanslebec)







lundi 9 février 2015

Courir simple...

Préambule:  Ce billet sans prétention n'est motivé que par le souhait de partager MA façon, par définition toute personnelle, de pratiquer la course à pieds...n'y voyez donc  aucun jugement de valeur d'aucune sorte, ni de critiques envers qui que ce soit...J'aime trop la liberté pour imposer mes idées à quiconque...

Au commencement j'étais animée, comme beaucoup je pense, par des fantasmes de progression... j'imaginais qu'améliorer ma vitesse allait être évident et (presque) facile,  enivrée et trompée par cette progression spectaculaire du début qui nous fourre à tous le doigt dans l’œil....

Comme beaucoup j'ai rêvé d’intégrer (en plus de la sympathique sphère d'Ali, ouverte à tous et sans chichis) des espaces virtuels, tellement fermés que je suis resté finalement en dehors...Blessure d'amour propre certes mais qui à eu au moins le mérite de m'ouvrir les yeux sur le snobisme rencontré parfois dans cette communauté virtuelle , à moins qu'il ne s'agisse de jeunisme, allez savoir, ou de parisianisme ou bien encore de bêtise profonde, au fond qu'importe, j'ai d'autres chats à fouetter...

J'ai écumé les sites de vente en ligne de vêtements de sport jusqu'à ce que je me rende compte que cette petite brassière super méga à la mode mais que personne ne verra et qui coûte un bras n'a pas résisté à plus de 3 lavages...je suis donc passé de la brassière méga mode à une brassière anti-sexy au possible, bien chère et garantie 2 ans et ma foi, depuis 1 an et demi, rien ne bouge (oh! je te parle de mon achat là! remets toi!) et je ne cherche pas plus loin...

J'ai fais quelques comptes relatif aux prix des courses, j'ai comparé celles "à grand spectacle" auxquelles je ne participe pas tant elles sont loin de chez moi et je me suis trouvée bien heureuse avec mes souvenirs de semi-marathon de campagne à budget riquiqui, où ,d'une épreuve à l'autre je retrouve souvent les mêmes personnes, les mêmes sourires, remarquant sur les épaules de mes compagnons d'un jour les t.shirt de l'édition précédente, souvent  très jolis et forcement gagnés à la sueur de nos gambettes, petits runners campagnards et sans prétention que nous sommes...


J'ai désormais assez de t.shirt de course pour tenir un siège, je mettrais donc les plus vilains les jours de pluie, puis j'irais me la péter un peu avec les plus prestigieux, traverser mon village avec inscrit en gros sur le dos "Semi-Marathon de Nimes 2014" ça en jette forcement et ça suffit à mon bonheur...


Et puis ma progression a fini d'être spectaculaire, j'ai alors contemplé avec joie celle naissante et également spectaculaire, d'autres sportifs amateurs et débutants...si j'ai parfois  gagné quelques minutes sur une compétition, j'en ai reperdu certainement quelques une à la suivante et au fond tout ça n'a d'importance que celle que l'on veut bien lui accorder... 


Ma pratique à évolué, au propre et au figuré, par mon corps et par ma tête...aujourd'hui j'ai tout mon temps pour  battre un jour un potentiel RP qui sera si rare qu'il n'en aura que plus de prix...ce qui compte c'est de continuer à courir honnêtement, c'est à dire du mieux possible, en donnant ce que je peux à l'entrainement et le jour de la compétition ..ce qui compte c'est de me sentir bien sur les sites des compétitions... d'ors et déjà j'identifie celles qui me conviennent parce que l'ambiance y est joyeuse et bon enfant et je délaisse à jamais les courses trop urbaines où tout le monde fait la gueule....

Je cours simple. Avec des tenues simples dans lesquelles je me sens bien. Je fais simple et je ne m'inscris qu'aux courses qui me correspondent et me ressemblent.

Mes "amis virtuels" ne sont pas nombreux mais nos échanges sont sincères et sympathiques, pour certains; assez riches en interaction pour d'autres un peu moins mais qu'importe, l'important n'étant pas forcement dans le dialogue échangé mais plutôt dans l’intérêt parfois silencieux que nous nous portons mutuellement concernant cette activité commune qu'est la course à pieds de compétition de loisir...et pour ceux que j'ai eu le plaisir de rencontrer "pour de vrai" je me fais une joie de les rencontrer à nouveau prochainement...

Je me nourris simple, quelques bananes séchées, quelques  fruits secs, en guise de ravitaillement et des litres de thés vert pour m'hydrater, avant pendant et après la course, suffisent à mes modestes prétentions de coureuse de fond...

Mon rythme est simple, je me lève tôt je me couche tôt, c'est à ce prix que je peux m’entraîner régulièrement.... quand un bobo de runneuse surgit, je lui fais sa fête avec de vieilles méthodes de grand-mères, vite fait, bien fait, sans le laisser s'installer, ni lui accorder l'importance qu'il n'a pas....

Mes objectifs de courses officielles sont simples, m'amuser, faire si possible mieux que la fois d'avant, échanger, partager et continuer la course à pieds (sur ce coup là il me fallait une rime, je fais ce que je peux )...si l'objectif n'est pas atteint, ça m'arrive parfois hélas, je sers les dents, je chouine un bon coup et je secoue un peu les braises pour rallumer la flamme et le lundi, c'est reparti...

Je suis heureuse de partager parfois mes sorties sur Twitter ou sur Facebook et lorsque ma TL accumule les défis tous plus improbables les uns que les autres, je souris en hochant ma tête de presque quinqua, et je me dis qu'il faut bien que jeunesse se passe...


Et je contemple tout ce petit monde de runners, amusée, avec pour seule bagage, ma simplicité revendiquée...



NDLR: Ce "texte" se veut, un peu, l'écho de cet excellent billet, que tu vas t'empresser d'aller lire...allez hop!! les Ardennes ça n'est pas au bout du monde, et en plus ils ont la gaieté contagieuse, vas y, tu ne le regretteras pas et je pense même que ces ardennais là, tu vas les adorer, contrairement à ce qui est annoncé en préambule...allez zou...










samedi 7 février 2015

Semaine 6... plan (2) semaine 6...

Lundi 2 Février : 2x10x200m à VMA 100 R30" et R3'....dur mais nécessaire certainement donc aucune question à se poser même si de ce temps là ce genre de séance nécessite plus qu'un coup de pied au derrière .... 

Mardi 3 Février : 45' d'EF soit 6,67km sous une neige fine, le bonheur à l'état pur  ...

Jeudi 6 février:  Sortie reportée à  cause de la tempête de vent qui sévit sur le languedoc Roussillon...

Vendredi 6 février : AS 21 4000-3000-2000 avec R2' ....les 1ers 4000 mètres se passent à merveille à 5'52"/km (je visais 6'/km) .... ensuite arrive une longue agonie à cause du vent qui me fera passer pour les 3000m suivants à 6'24"/km  et je finirais à 6'45"/km  sur le dernier 2000m alors que j'en avais encore sous la semelle, hum....Mais face au vent, je ne vaux pas une cacahuète...alors seule dans ma campagne (enfin je l'espère)  je ne me suis pas privée pour engueuler le ciel à maintes reprises ce qui ne sert à rien, je te l'accorde....au total avec l'échauffement et le footing de recup' : 12,57km en 1h24'36"  


Samedi 7 février ; Une agréable SL à 70/75% de ma FCM sans trop de vent et en compagnie de coach-chéri soit 14,51km en 1h44'09"...

Bilan : 42,94km pour cette  avant dernière semaine de travail spécifique...

lundi 2 février 2015

Le Gluten et mon "Moi-Runneuse...."

Pain au levain made in bibi
ATTENTION: le texte qui suit n'est que le récit de ma propre expérience. Il n'est validé par aucune étude scientifique et ne prétend pas l'être. Si tu es médecin et/ou peu ouvert d'esprit, passes ton chemin...


Certains de mes lecteurs savent que je confectionne de mes petites mains  mon pain au levain quotidien...ce pain complet délicieux est confectionné à partir d'une excellente farine bio elle même confectionnée à partir d'un blé ancien et rare; le Barbu, dont le petit gout naturel de cannelle est une merveille de la nature ...

Il  y a quelques mois alors que je voulais éviter les désagréments liés au stress de la compétition, je pris la décision de me nourrir abondement de riz les quelques jours précédent la course et mis de coté mon  pain et les pâtes complètes habituelles d'avant course...j'excluais ainsi pendant quelques jours, sans d'ailleurs y penser, le gluten de mon assiette et le jour de la course arriva...

Alors que, depuis plusieurs semaines, au niveau de la hanche, là où passe semble-t-il le muscle psoas, je ressentais encore quelques résidus de petites douleurs chroniques  suite à l’inflammation du Psoas Iliaque dont j'avais été victime en été et alors que je subissais également quelques vieilles et légères douleurs anciennes et chroniques  au niveau de ma cheville gauche, je me suis aperçu que si mes intestins s'étaient tenus tranquilles le jour de la course, mes vieilles douleurs récurrentes, elles, s'étaient tenues à carreau également ...

Hum! ben ça alors..hasard? coïncidence? délire de ma petite tête de piaf? je décide de me priver de pains et de pâtes de blé, pendant 1 semaine, puis 2, pour voir...mes douleurs ne réapparaissent pas, je continus 2 semaines de plus....au bout d'un mois je n'ai plus du tout mal nulle part, cerise sur le gâteau  mon bidou de runneuse s'est notablement calmé, ce qui n'est pas du luxe, par contre, j'en ai un peu marre de me priver de mon propre pain que je continue à faire cuire amoureusement pour coach-chéri et j'en ai un peu raz la carafe des pâtes au maïs, alors, allez hop! une petite tranchette de pain par ci, une assiette de coquillettes par là, 8 jours après j'étais revenu au point de départ, je fais le lien et je comprends que le Gluten et mon "Moi-Runneuse" ne font pas ami-ami...

Comme je suis du genre têtue je refais quelques essais de tartinade mais c'est non! mon corps n'en veut plus, ma tête ne serait pourtant pas contre une petite crêpe végane de temps en temps, mais mon corps à tranché, plus de gluten, plus de pain, ni de pâte, ni de pizza.... flûte et zut je deviens une fille à la mode....

Aujourd'hui mon alimentation végétalienne, mais néanmoins délicieuse et riche, est désormais également "gluten free" ce qui ne m'amuse pas beaucoup mais c'est à ce prix que je peux courir sans douleurs et surtout sans chimie puisque j'échappe ainsi à tout traitement....Comme souvent en ce qui me concerne, j'ai enrayé un problème physique en modifiant mon alimentation...Je ne ressens aucunement le besoin de parler de tout ça à un médecin, encore moi de poser un nom sur ce phénomène étrange qui relie douleur à la hanche et "boulotage" de pain, j'ai juste confiance en mon propre  pouvoir, modéré certes mais tout de même bien présent en moi, d'auto-guérison alors je m'en sert pour aller bien....

Notes bien tout de même qu'il est évident que l'éviction du gluten comme solution à un problème inflammatoire est intéressant uniquement dans le cadre d'une alimentation déjà pensée en ce sens....sinon, ça n'aurait justement pas de sens, tout simplement ...

"Que ton aliment soit ta seule médecine"
Hippocrate











dimanche 1 février 2015

Semaine 5...plan (2) semaine 5....

10 ans, voir plus, que je n'avais pas été souffrante et bam! dimanche soir, ça me tombe dessus et méchamment en plus, sans prévenir....donc : 

Lundi 26 janvier: Dodo et citronnade chaude...

Mardi 27 janvier: N'ayant pas couru depuis vendredi, quasi à jeun depuis dimanche soir et totalement abrutie par plus de 24h00 de sommeil quasi non stop je décide d'aller courir...résultat des courses;  je peux figurer dignement dans la petite liste des runners looser de Daddy, ce dont je ne me prive pas, quitte à faire un run pourri autant l'annoncer à la planète entière, je vais donc pleurnicher sur le blog de David: 2,32km en, 18'46" avec retour à pieds contre des rafales à 100km/h, la loose totale, je me fais une citronnade chaude, je préviens coach-chéri que ce n'est pas la peine de me parler du repas et je retourne me coucher....

Mercredi 28 janvier: Tu l'auras compris, je suis dans l'incapacité physique de respecter mon plan d'entrainement cette semaine....Mais je suis debout c'est déjà ça..., je bois toujours ma citronnade chaude et je mange un tout petit peu...Demain, c'est sûr je re-cours..nan, parceque ça va bien là! oh!

Jeudi 29 Janvier: Cette fois c'est la bonne, puisque mon plan est chamboulé, chamboulons le pour de bon, je m'habille, je mets le cardio et la Garmin et je prends un chemin non parcouru depuis des lustres, un chemin d'avant mes plans d'entrainement avec un peu de dénivelé et les Pyrénées à l'horizon...j'écoute à peine les alarmes du cardio, je trouve le bon rythme, ça ne bippe plus du tout, je parcours 11,09km en 1h22'53" Une SL toute simple et improvisée, le bonheur absolu après ces 3 jours privées de sortie...

Vendredi 30 janvier: je pars pour un 3x3000 avec R2' sans trop savoir si ça va le faire compte tenu des circonstances, fatigue, froid, SL de la veille...j'adapte et je raccourcis le temps d'échauffement en remplaçant les 30' d'échauffement réglementaire en EF  contre  seulement 10' d'EF  + 10' de PPG histoire de faire monter un peu le cardio sans m'exténuer par une trop longue course...entre deux platanes le long du canal je fais des allers-retours, talons-fesses, montées de genoux, accélérations progressives et jambes tendues....














Samedi 31 Janvier : Un aller-retour jusqu'à la sellette , tranquille, en EF soit 8,54km  en 58'30"... et une jolie ampoule en cadeau que je vais atomiser vite fait à coup de cataplasme d'argile  ...

dimanche 1 février :  10' d'échauffement + la même séance de PPG que vendredi et c'est parti pour 2x15' au seuil avec R2' puis footing de récup de 15' soit 9.34km en 1h05'44" ....


44,25km au total pour cette semaine qui avait démarré très mal mais cette semaine chaotique et qui  était en vérité  une semaine de travail spécifique a  tout de même été  effectuée, un peu à l'arrache certes, mais le plus important, mon AS21 a été travaillée...


La vie peut reprendre son cours normal...